Voyager seul quand on est en couple

Classé dans : Élucubrations | 4

La rubrique Elucubrations est peu remplie et elle sera toujours en grand décalage par rapport aux récits de voyage. Néanmoins, il arrive parfois qu’une idée me passe par la tête pour en faire un article ! Alors que j’étais dans l’avion direction Oslo pour un récent weekend en solo, je me suis demandé pourquoi pas ne pas écrire un article sur les voyageurs en couple dans la vie mais parfois solo en voyage. Super idée ! Bon, bien entendu, d’autres l’ont eu avant moi mais cela ne m’empêche aucunement d’apporter un avis supplémentaire 🙂 Et c’est surtout un témoignage… Il est impossible de faire un article général sur ce sujet !

Bien entendu, quand je parle de couple, je ne parle pas d’une aventure passagère ou d’une romance de quelques semaines. Il n’y a pas de définition officielle et tout le monde a son avis sur le sujet. Mais j’estime qu’un couple, dans le sens de cet article, sont deux personnes ensemble depuis quelques années et vivant sous le même toit. Je le répète, d’autres personnes n’auront pas cette définition et je n’estime pas avoir la réponse ultime. C’est un avis personnel 🙂

Je suis donc dans la situation décrite : en couple depuis plusieurs années, vivant maritalement dans le même appartement. Pourtant, bien que mes voyages solo soient rares, je les aime toujours autant. Pour quelles raisons ? Je suis persuadé que certains lecteurs auront du mal à comprendre cela. Partir seul, cela démontre que l’on n’aime pas partir avec son conjoint ou encore on part pour cacher quelque chose. Je pourrais citer bien d’autres préjugés mais cela serait inutile. Bien entendu, la démarche d’un voyage solo alors que l’on est en couple n’a rien à voir avec cela. Enfin, du moins lorsque tout va bien dans votre couple, cela va de soi 🙂

Danau Batur, Bali, Indonésie

Alors quelles sont les raisons qui me poussent à voyager solo ? Je le répète, cet article est très personnel et il sera difficile que tous les voyageurs solo se retrouvent dans ce qu’ils vont lire. Mais c’est aussi le but d’un article de ce type.

Mon voyage solo type

Avant d’évoquer les raisons, il est important que vous sachiez comment je voyage solo. J’ai d’ailleurs récemment vraiment évolué sur le sujet.

En préambule, mon choix de destination s’opère en général en fonction de ma compagne. Soit elle connaît la ville (Oslo, Vilnius), soit elle est d’accord pour que j’aille seul à un choix que j’ai arrêté (Bologne, Saint-Marin, Vérone). Je ne choisis pas seul, par choix.

Avant, je ne partais qu’en semaine, au maximum 2 nuits. En semaine ? A l’époque où j’étais financièrement vraiment limité, je prenais les dortoirs en auberge car je savais que j’avais des chances d’être seul dans un dortoir de 4 lits du mardi au jeudi par exemple. Ca m’est arrivé à Vilnius mais pas partout (on était 2 au max, comme à Bratislava). Etant d’un naturel timide, j’ai du mal à engager des conversations de manière spontanée. Il était donc naturel que je préfère dormir seul. Et les dortoirs à 10 personnes ? Vu mon sommeil perturbé, l’idée n’est pas la meilleure…

Mon dernier séjour solo fut différent. Pour la première fois, ce fut un vrai weekend, du vendredi au dimanche. Ce fut à Oslo, dans une auberge bien placée (Booking : cherchez “Central City Hostel” à Oslo. Le lien précédent vous donne droit à une réduction de 15€… et moi aussi 🙂 ). J’avais pris une chambre dans une sorte de mini-appart avec cuisine, salon, salle de bains et toilettes partagés. Seules 2 chambres sur 3 étaient occupées et je n’ai même pas croisé les autres occupants qui devaient être encore plus timide que moi ! Comme à chaque fois, je suis resté très seul mais cela ne me dérange pas. Prochainement, peut-être plus hors d’Europe, plus de 2 nuits voire sympathiser avec d’autres voyageurs ? A suivre !

oslo-folke-museum
Oslo, ici le Norsk Folkemuseum, mon dernier voyage (pluvieux!) en solo

Aimer voyager seul n’a rien à voir avec la vie de couple

Une grosse idée reçue que j’ai déjà évoquée plus haut. Non, ce n’est pas parce qu’on aime voyager seul que l’on n’aime pas voyager avec d’autres personnes ! Je voyage en couple (heureusement!), entre amis voire avec ma famille, j’aime ces trois autres façons et chacune est différente.

La volonté de voyager seul, de temps à autre, n’a donc rien à voir avec votre vie de couple. Toutefois, si vous aimez beaucoup voyager, que c’est en majorité seul et que votre conjoint n’aime pas voyager, il est possible que cette situation devienne pesante au bout d’un certain temps. Mais c’est une opinion personnelle et une telle situation doit probablement exister sans heurt !

vilnius-church-main-square
Vilnius en Lituanie, l’une des rares destinations que j’ai faites en solo et en couple

La liberté de notre itinéraire

Pour moi, c’est vraiment LA raison principale ! Je pense que c’est même la raison privilégiée par tous les voyageurs solo. Chaque personne a ses préférences et ses différences. Certaines personnes aiment marcher, d’autres non ; certaines peuvent visiter 5 musées en deux jours, d’autres n’y mettent jamais les pieds ; certaines font de la cuisine locale un passage essentiel , d’autres la mettent au second plan, etc.

Bien entendu, quand deux personnes dans un couple sont à l’opposé, voyager ensemble peut s’avèrer alors complexe. Fort heureusement, je ne suis pas dans ce cas extrême, loin de là ! Néanmoins, j’ai mes habitudes de voyage bien à moi qui font que j’aime voyager seul. C’est surtout le cas lorsque je visite une ville. En effet, je ne vois pas encore partir seul à l’aventure dans un parc national. Quoique, je l’ai déjà fait, il y a fort longtemps, aux Etats-Unis (Death Valley, Grand Canyon.).

La question n’est pas la préférence de découvrir une ville seul plutôt qu’à deux. Comme je l’ai précisé, mes destinations sont soumises à l’approbation de Madame ! Mais il est pour moi bien plus facile de mettre une place une véritable liberté dans mon itinéraire.

bratislava-center
Bratislava en Slovaquie, l’une de mes premières destinations solo, où j’étais un peu sauvage !

Faire uniquement ce dont nous avons envie

Corollaire du paragraphe précédent, on évite certaines choses que l’on n’aime pas. Personnellement, je déteste faire les magasins. C’est une perte de temps inutile et je me fiche un peu si le pull X est moins cher ici ou là. Même chez moi, je ne fais pas du shopping alors à quoi bon s’y mettre à l’étranger…

Dans une moindre mesure, je ne suis pas un fanatique de gastronomie. Ainsi, lorsque je voyage seul, je peux manger à ma façon : sur le pouce ! Je mange rapidement voire en marchant. Découvrir la cuisine locale ne m’intéresse pas vraiment, en tout cas pas dans un restaurant et surtout pas seul. J’ai déjà fait des restaurants seul à l’étranger, c’était sympa, sans plus. A Oslo, j’ai été bien aidé par les prix délirants pratiqués un peu partout ! C’étaient donc de vulgaires sandwiches fabriqués par moi-même ou alors le petit-dej de l’auberge (à 15 € quand même!) où je me calais pour 5-6 heures. Mais j’ai quand même testé une sorte de food hall… où j’ai mangé des ramens !

oslo-holmenkollen
Le saut à ski du Holmenkollen à Oslo, un lieu assez éloigné du centre que je n’aurais probablement pas pu visiter autrement que seul !

Choisir son rythme

Je marche (trop?) vite, il est donc aisé pour moi de passer d’un lieu de visite à l’autre, rapidement. A deux, c’est plus compliqué… Je peux visiter pendant des heures sans m’arrêter et en mangeant peu, c’est pour moi une grande liberté. C’est pour cette raison que je peux visiter quasiment toutes les choses importantes d’une ville en à peine 2 jours. Une carte de transport pour 24 ou 48 heures est encore mieux pour aller vite 🙂 Enfin, bien entendu, on choisit seul les lieux où aller. Pas besoin de compromis, ni d’attendre l’autre pour des activités qui ne nous intéressent pas. A Oslo, j’ai même pu passer 4 heures dans un spa en banlieue d’Oslo, chose que j’aurais difficillement pu faire si ma moitié n’était pas d’accord !

san-marino
Saint-Marin (San Marino), visitée en même temps que Bologne avec une nuit à Rimini (qui ne mérite guère mieux), le tout en deux jours ! Ma vitesse de marche aide à cela…

Etre seul ne rime pas avec séjour parfait

La principale difficulté du voyage solo est la soirée. En effet, lorsque l’on ne loge pas dans un dortoir ou quand on ne va pas vers les autres avec aisance, il y a de fortes chances que vous vous retrouviez seul ! En semaine, cela ne change pas forcément le quotidien. Mais le samedi soir, quand beaucoup de gens sortent, on le ressent un peu. A Oslo, après le food hall, j’ai testé un bar dans le centre, Luna Park, où la bière n’était “pas chère” (61 NOK, soit 6,10 €… on est à Norvège). Pas grand monde, pas d’ambiance particulière. Mais j’ai apprécié.

verona-arena
Visiter Vérone en solo, c’est sympa. Mais c’est la ville de l’amour quand même ! A refaire à deux 🙂

La soirée, plus que la nuit, est clairement le moment qui repoussera pas mal de personnes à tenter le voyage solo. Il arrive que l’on s’ennuie, surtout dans une ville où la température est basse. Pourtant, les deux soirées que j’ai passées à Oslo ont été très bonnes. Outre le bar du samedi, je suis sorti du spa à 21h45 le vendredi soir et il m’a fallu une heure pour rentrer à l’auberge. Je n’ai donc pas vu les soirées passer 🙂 En gros, trouvez une occupation et tout ira bien.

Les autres difficultés ont déjà été évoquées : difficulté à aborder les autres, manger seul au restaurant, aller seul dans un bar ou autre lieu de sortie… Ces difficultés dépendent dépendent surtout des priorités que vous en faites.

old-airport-road-hawker-centre-singapore
Un lieu où je mange sereinement en solo. Moins dans un resto normal… (Ici, Old Airport Hawker Center à Singapour,où, je précise, je n’étais pas solo!)

Conclusion : toute personne en couple peut-elle voyager en solo ?

La réponse est oui mais pas pour tout le monde ! Premièrement, certaines personnes ne supportent pas la solitude et n’iraient, par exemple, jamais seules au cinéma. Dans ce cas, couple ou non, envisager un voyage solo serait une aventure en soi. Mais une belle aventure lorsque l’on souhaite franchir une étape.

Deuxièmement, et c’est une simple opinion personnelle, je déconseille de voyager solo si votre conjoint est très jaloux. L’autre pourrait prendre cela comme un manque de confiance.

Pour tous les autres cas, et notamment si vous l’avez déjà fait, je vous conseille fortement de tenter l’aventure solo ! Pour moi, c’est l’une des meilleures manières d’appréhender le voyage et lorsque votre conjoint participe de loin à votre voyage en ayant, par exemple, son regard sur la destination, c’est encore mieux.

Bon voyage !

dubrovnik-boat

4 Responses

  1. Mathilde

    Je suis en couple et comme toi je voyage régulièrement seule (notamment car j’ai beaucoup plus de congés que mon compagnon). Dans la mesure du possible, j’essaie de faire des choses qui ne le tente pas trop (notamment des city-trip et des musées ^^) mais dernièrement j’ai fait un grand voyage d’un mois en Australie (et puis il m’a retrouvé en Nouvelle Zélande pour une semaine). Je lui avais demandé s’il était d’accord bien sur mais comme il est moins passionné de voyage que moi il était d’accord (et puis je serais d’accord pour retourner en Australie un jour avec lui !!). Je ne m’ennuie jamais qd je voyage seule. J’aime bien de temps en temps faire des petits restaurants. Je voyage le plus souvent en auberge quand je suis en solo même si je suis timide. Cela ne me gêne pas de passer la soirée seule à dîner à l’auberge ou à bouquiner. En Australie j’ai fait qq rencontres sympas et c’était cool aussi 🙂 Après j’avais pris un forfait Free qui me permettait de lui téléphoner chaque jour (en général un petit coup de fil le matin et le soir et c’était important pour moi de garder un lien étroit et de continuer à se raconter nos journées !)

    • Benjamin

      Bonjour Mathilde et merci pour ton messange.
      Tu as donc franchi la grande étape, à savoir un voyage lointain et long 🙂 Peut-être pour moi l’année prochaine selon les possibilités…
      En effet, on ne s’ennuie pas vraiment en fait, même le soir. Toujours quelque chose à penser, à lire, à trier les photos… Peu importe si l’on sort ou non 🙂

  2. Seniors en vadrouille

    Bon article. J’ai voyagé seule pendant deux mois au Japon, mon mari ne souhaitant pas m’accompagner. J’ai apprécié la liberté de l’itinéraire, les parcs d’attractions vus (il déteste ça) et les longues marches (idem). Mais j’ai aussi beaucoup apprécié les longs appels par Skype pour raconter mes journées…

    • Benjamin

      Merci beaucoup pour le message ! 2 mois, c’est une belle et longue étape ! Bien entendu, la liberté de l’itinéraire reste le choix n° 1 et le Japon seule doit être une sacrée aventure.
      Ma prochaine étape pourrait être de faire un voyage solo plus long, plus loin… A suivre 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.