Copenhague en un weekend ou 3 jours : itinéraire et conseils

Classé dans : Danemark, Scandinavie | 2

J’ai décidé de ne pas faire toujours la même chose afin que ce blog soit vivant et évolutif. Voici donc un petit classique, les conseils et astuces, en choisissant Copenhague (København en danois, à prononcer « cheu-beun-havn », j’aime les noms locaux, je n’y peux rien !).

La jolie capitale du Danemark est en effet une ville qui se prête bien à ce jeu, notamment parce que l’on peut facilement la visiter en 3 jours ou en un weekend. Si la ville n’est pas petite, toutes ses attractions phares sont situées dans un rayon de 2 à 3 kilomètres nous permettant d’utiliser seulement nos pieds comme moyen de transport… ou alors le vélo car Copenhague est la ville de la bicyclette !

copenhagen-nyhavn

Quand partir ?

Je ne vous cache rien en vous disant que le climat danois n’est pas des plus simples. Je vous apprends peut-être qu’il n’est pas aussi difficile que l’on croit. Copenhague est située dans la zone climatique océanique, comme le sont aussi Strasbourg, Berlin ou Vienne. Il ne fait donc pas si froid que cela en hiver avec une moyenne entre – 2 ° et 1 ° au pic de la saison, qui dure néanmoins 2 mois, c’est donc supportable ! Bien-sûr, des pointes à – 15 ou – 20 peuvent exister ici et là… Par contre, ne programmez pas de faire de belles photos avec une belle lumière du jour puisqu’il fait nuit dès 16h30 environ de fin octobre à début février ! Pour couronner le tout, l’ensoleillement moyen est de 50 heures par mois en décembre et janvier ! Pour avoir vécu en Suède en période hivernale, ce n’est pas simple à supporter au quotidien mais on s’y fait comme on peut (moi avec 2 otites et plusieurs virus par exemple !).

Les printemps et automnes sont en général assez raccourcis et imprévisibles. Pour ma part, lorsque j’ai visité Copenhague, j’ai eu l’agréable surprise d’avoir un beau soleil et 20 ° mi – avril ! L’été est une belle saison : le jour est quasi-permanent, de 5h à 22h15 environ, le soleil est en général au rendez-vous et les températures sont agréables et très rarement chaudes.

Il y en a donc pour tous les goûts.

 

Quand partir au meilleur budget ?

Tout est une question de volonté, de pouvoir ou d’un peu des deux.

Vous remarquerez que j’ai pris la peine d’écrire « en un weekend ou 3 jours ». Ce n’est pas une redondance, c’est pour bien différencier le weekend classique, du vendredi au samedi, du reste. Si vous le pouvez, et cela ne vaut pas que pour Copenhague, évitez de partir comme tout le monde du vendredi soir au dimanche soir pour de multiples raisons. La première est clairement le prix : il sera toujours bien moins cher en transport et en logement de partir du lundi au mercredi ou du mardi au jeudi. Le prix peut varier du simple au triple ! Bien entendu, l’hiver, hors période de fêtes de fin d’année, fait encore baisser les prix.

Pour donner un exemple concret, 3 jours à Copenhague vers le 10 janvier, du mardi au jeudi, sera une excellente affaire et vous pouvez vous en sortir, en vous y prenant plusieurs semaines voire mois à l’avance, pour moins de 300 € de budget par personne (environ 140/150 € de logement et 130 € de transport) en comptant 3 nuits sur place. C’est un bon prix pour Copenhague qui est une ville TRÈS chère ! Je ne compte pas les autres besoins (nourriture, visites…) qui sont très variables d’une personne à l’autre.

Le weekend de l’Ascension au mois de mai est sûrement la pire période et vous serez (très !) chanceux si vous vous en sortez pour moins de 600 € par personne puisqu’il n’y aura a priori aucun logement à moins de 100 € la nuit, hors auberge de jeunesse… et encore, la nuitée en dortoir vous reviendra quand même à 70 € minimum ! Pour cela, le Couchsurfing peut vous faire économiser une grosse part de budget.

Aussi les périodes creuses sont plus tranquilles en raison de l’absence de la majorité des groupes touristiques. Vous pouvez être seul ou presque dans les musées et devant la petite sirène (oh j’y reviendrai vers celle-là…).

Vous avez donc l’embarras du choix, selon que vous accordez une importance plus grande au budget, à la foule, au climat ou à la lumière du jour. Si vous aimez faire la fête, bien que Copenhague ne soit pas la Berlin de Scandinavie, ce sera bien entendu plus convivial le weekend.

Enfin, quelque soit la période, hors hébergement et transport évoqués juste après, n’oubliez pas de souscrire un crédit à la consommation avant de partir : vous pouvez ressortir avec une note de 25 € pour 4 cafés. Je le dis sur le ton de l’humour mais Copenhague est une ville chère, il ne faut pas s’attendre à y faire des économies. Le Danemark est un pays à niveau de vie bien plus élévé que la France, n’en déplaise à certains, et les salaires ne sont pas les mêmes !

 

Hébergement et transport

On trouve de tout à Copenhague : hôtels, auberges de jeunesse, appartements et hébergement gratuit chez l’habitant. Il suffit de choisir selon plusieurs critères qui nous sont propres à chacun : suis-je en solo ? En couple ? Entre amis ? En famille ? Avec mon chien ou mon poisson rouge ? Pour faire des rencontres et plus si affinités ?

Passez par les sites classiques Booking, Airbnb ou Couchsurfing, pas besoin de chercher la complexité. Si certains sont vraiment réfractaires à ces centrales de réservation (ça doit encore exister), passez par le site de l’hôtelier ou un site de mise en relation entre particuliers. Pour ceux qui cherchent à faire des rencontres plus osées, je ne sais pas si les sites internet de ce type vous aideront mais vous pouvez toujours essayer !

Concernant le transport, vous pouvez être un aventurier si vous avez le temps et souhaitez voir du paysage en choisissant la voiture ou le train. Néanmoins, outre la longueur du trajet, le prix sera toujours très supérieur à ce qui peut nous offrir l’avion.

Depuis Paris, la compagnie lowcost norvégienne Norwegian Air Shuttle est à privilégier quelque soit le moment où vous voyagez puisque, d’une part, c’est une excellente compagnie et, d’autre part, elle offre en plus le wifi au sein de ses avions ! Easyjet ou Vueling assurent également de nombreux vols vers Copenhague. Ces compagnies offrent régulièrement des allers-simples à 50 € et des allers-retours autour de 120 €, ces prix étant bien entendu plus simples à obtenir en période creuse que lors du weekend de l’Ascension.

Pour les Lyonnais et les Niçois, il existe également une ligne directe jusqu’à Copenhague. Je n’ai pas étudié toutes les lignes France / Ville frontalière – Copenhague donc j’en oublie peut-être !

Bien entendu, la devise de tout voyageur est « plus je m’y prends tôt, moins je paye ». Je sais que c’est difficile pour certains, soit par obligations professionnelles ou personnelles, soit par habitude, mais le commerce du tourisme privilégie toujours les prévoyants. Donc, réserver tôt, c’est dans l’idéal 4 à 5 mois avant, le départ, à défaut 3 mois.

Je vais en reparler rapidement par la suite mais arriver tôt le premier jour et partir tard le dernier jour est la clé pour mieux profiter.

Par ailleurs, sans transition, sachez qu’1 euro équivaut environ à 7,5 couronnes danoises. Bien entendu, la conversion est variable, tâchez donc de vérifier avant de partir.

 

Itinéraire de visite

Proposer un itinéraire pour tous n’est pas chose aisée tant les disparités existent entre voyageurs. Ainsi, certains adoreront le quartier de Christiania et d’autres le détesteront. Je vais donc me fonder sur le propre itinéraire que j’ai suivi.

Premier jour

Je recommande très fortement de privilégier une arrivée en fin de matinée ou début d’après-midi. L’itinéraire proposé est basé sur une arrivée entre 11h30 et 14h30. Installez-vous confortablement dans votre logement qui, dans l’idéal, n’est pas au-delà de la gare ferroviaire située près des jardins de Tivoli au sud et des « lacs » au Nord. Ces derniers délimitent le quartier des attractions phares du nord de la ville qui est plus résidentiel et présente peu d’intérêt pour 3 jours. Google Maps ne sera pas de trop pour suivre l’itinéraire proposé.

Pour s’imprégner de l’ambiance locale, je conseille de débuter par la place de la mairie (Rådhuspladsen) puis d’emprunter par cette même place la rue commerçante piétonne appelée Strøget. Vous ne trouverez aucune magie particulière mais elle est très fréquentée par les locaux, il y a de nombreuses boutiques d’artisanat local, cafés et (quelques) restaurants. Arrêtez-vous où bon vous semble si vous le souhaitez.

copenhagen-storget

Continuez jusqu’à la « nouvelle place du Roi » (Kongens Nytorv en danois) pour admirer quelque chose que je n’ai pas vu puisqu’elle était en profonde restauration lors de mon séjour danois ! Je n’ai donc qu’une photo du côté est de la place, celui du théâtre royal, pour vous en donner une idée mais il en existe de nombreuses sur la toile.

copenhagen-royal-theater

On arrive rapidement sur le principal point de repère de Copenhague, Nyhavn (« nouveau port »), son canal et ses maisons colorées. Alors oui, c’est un lieu qui est bien plus agréable en période ensoleillée et douce qu’en hiver, et il risque d’ailleurs de faire déjà nuit si vous avez choisi de voyager en décembre ou janvier. Oui, c’est un lieu très fréquenté en période de beau temps. Oui, cela peut même être un piège à touristes avec les vendeurs à la sauvette et ses terrasses hors de prix. Mais le Nyhavn est le passage obligé de la ville, peu importe que l’on soit un backpacker, un touriste du dimanche ou un voyageur expérimenté. Prenez le temps de rester une petite heure sur les lieux pour en profiter, assis le long du port ou en terrasse si vous le voulez vraiment. La première photo de l’article a également été prise à Nyhavn.

copenhagen-nyhavn

Si vous voyagez entre octobre et février, je conseille de ne pas aller plus loin et de profiter d’un musée encore ouvert, de boutiques, d’un café, d’un bar ou d’un restaurant. Mais, si vous n’êtes pas dérangé par la nuit, vous pouvez également choisir de suivre l’itinéraire « estival ».

En période estivale, avec une luminosité importante, vous pouvez continuer jusqu’à Amalienborg, une étonnante place qui n’est autre que la résidence actuelle de la famille royale du Danemark. Son intérêt vient de sa forme octogonale et de ses 4 palais de style rococo à la façade identique. A l’origine, les palais appartenaient à des familles aristocrates mais, au XVIIIème siècle, la famille royale a souhaité y établir sa résidence après l’incendie du Christianborg Slot. Au centre de la place se trouve une monumentale statue équestre du roi Frédéric V.

copenhagen-amalienborg

copenhagen-amalienborg

Vous pouvez continuer jusqu’à la Marmorkirken (« église de marbre »), que vous verrez normalement sur la gauche ou en face selon la rue par laquelle vous arrivez sur la place, église possédant un imposant dôme de 31 mètres de diamètre, pour terminer votre journée de visite

copenhagen-marmorkirken

copenhagen-marmorkirken

Je n’ai pas de conseil particulier pour les cafés, bars et restaurants. On trouve de tout à Copenhague dans un périmètre très restreint qui se limite essentiellement à la Strøget et aux alentours du Nyhavn. Toutefois, il y a aussi des lieux de sortie au nord de la ville, loin des attractions touristiques, mais je connais mal ce quartier.

Les restaurants sont peu nombreux en comparaison à la taille de la ville. Si vous voulez goûter aux joies de la night danoise, il faudra s’écarter des zones touristiques pour aller à côté de la gare (Kb18, Mesteren & Lærlingen, Jolene Bar pour citer les bars/clubs les plus connus) ou dans le quartier de Nørrebro au nord des fameux lacs.

Attention, ces lieux de fête peuvent être fermés en semaine.

Deuxième jour

Obligation de se lever du bon pied car la journée va être longue ! Si vous n’avez pas été à Amalienborg et Marmorkirken, c’est le moment de s’y arrêter. Au passage, 2 des 4 palais identiques sont ouverts au public et se visitent.

On continue vers le nord pour se rendre au château et à la fameuse petite sirèneDen lille Havfrue, en danois, tout le monde en parle, tout le monde s’attend à quelque chose d’incroyable, de particulier. Au passage, je vous invite à lire mon article sur les lieux « trop touristiques » où elle occupe une place importanteJ’ai été plutôt déçu et elle m’a fait penser au Manneken Pis de Bruxelles. La sculpture est petite, dans un endroit moche et on ne pouvait rêver mieux comme arrière-plan que les usines fumantes du port de Copenhague ! M’enfin, ça reste l’une des deux attractions phares de la ville avec le Nyhavn et le passage semble obligé… notamment parce qu’il y a la citadelle juste à côté !

copenhagen-little-mermaid

copenhagen-little-mermaid

La citadelle (Kastellet en danois) est une forteresse, reconstruite au XVIIème siècle, faisant partie intégrante des fortifications de Copenhague. Elle est l’une des mieux conservées d’Europe du Nord. Le lieu est propice à une ballade reposante. A sa sortie, ne manquez pas la fontaine Gefion sur la gauche.

kastellet-copenhagen

copenhagen-kastellet

gefion-fountain-copenhagen

Dirigez-vous ensuite vers le château de Rosenborg (Rosenborg Slot), superbe palace du XVIIème siècle qui mérite une visite attentive. En période de beau temps, son parc est le lieu idéal pour un déjeuner sur l’herbe.

rosenborg-copenhagen

rosenborg-copenhagen

Revenez vers le centre-ville et sa Rundetaarn (« la tour ronde »), datant du XVIIème siècle, comme décidément beaucoup de monuments de Copenhague, et ancien observatoire astronomique. Si vous le souhaitez, vous pouvez monter pour admirer la vue mais je conseille plutôt de choisir une autre hauteur que je décrirai dans quelques lignes.

Continuez enfin vers le château de Christiansborg (Christiansborg Slot) qui n’est autre que le siège du Parlement danois et de la Cour suprême. Vous pouvez visiter ce château, ce que je n’ai pas pu faire, mais j’ai lu beaucoup d’avis positifs.

christiansborg-copenhagen

christiansborg-copenhagen

Pour la suite de la journée, je préconise de ne pas en faire plus et de profiter comme bon nous semble. Si vous êtes encore frais, si vous avez du temps devant vous et surtout si vous partez tôt le lendemain, vous pouvez vous reporter à l’itinéraire du troisième jour. Si vous êtes vraiment motivés, avez des enfants, une âme d’enfant ou que vous êtes ici pour vous faire peur avec des montagnes russes (beaucoup de choses incompatibles tout ça !), passez le reste de la journée aux Jardins de Tivoli. C’est l’un des parcs d’attractions les plus visités d’Europe. Mais attention, les attractions ne sont ouvertes que d’avril à septembre ! Les jardins sont décorés aux couleurs d’Halloween puis de Noël jusqu’en janvier. Seuls des restaurants sont ouverts entre janvier et avril.

Troisième jour

Pour ce jour de départ, vous avez normalement un vol en fin d’après-midi ou début de soirée. Vous avez donc le temps de terminer ce séjour en beauté.

Commencez par le musée national du Danemark (Nationalmuseet). Pour être honnête, je ne m’en rappelle plus très bien et je prends en général très peu de photos à l’intérieur des musées.

Je me souviens qu’il avait pour ambition de retracer l’histoire du Danemark à travers de nombreux domaines (archéologie, sciences naturelles, ethnologie, ethnographie, etc). J’ai notamment souvenir d’un squelette d’aurochs. Si la façade extérieure fait penser à un hôtel particulier à l’ancienne, l’intérieur a été entièrement restauré récemment et s’apparente plus à un style art moderne. Généralement, je me souviens très bien de ce que je n’aime pas… J’ai donc dû apprécier ce musée !

Effectuez ensuite une petite ballade de 15-20 minutes à pied en traversant le Christiansborg, longeant l’ancienne bourse (Børsen) et en enjambant deux ponts, un grand et un petit. Vos yeux s’arrêteront rapidement sur l’étonnante flèche en spirale dorée située sur la gauche. Elle appartient à l’église de Notre-Sauveur (Vor Frelsers Kirke) qui vaut largement le détour pour son style particulier. Construite à la fin du… XVIIème siècle, la spirale a été édifiée en 1752. Son intérieur est plutôt sobre mais présente un monumental orgue, supporté par 2 éléphants, absolument magnifique. Je suis très subjectif car j’ai toujours aimé les orgues mais, sincèrement, il n’est pas commun. C’est dans ce bâtiment que je recommande l’achat d’un ticket pour emprunter l’escalier extérieur en colimaçon, grimper la spirale et admirer la vue sur Copenhague.

spirale copenhague

organ-church-copenhagen

view-church-copenhagen

christiania-copenhagen

Une fois sorti de l’église, dirigez-vous vers Christiania. Certains diront « enfin ! », d’autres prendront garde. Dans tous les cas, c’est un passage obligé. Pour ceux qui ignoreraient la particularité de ce quartier, Christiania est une ancienne caserne militaire abandonnée devenue, en 1971, une ville libre autoproclamée, possédant son drapeau et sa propre monnaie. S’il n’est plus « indépendant » du Danemark depuis une décision de la Cour suprême en 2011, le quartier continue plus ou moins d’obéir à ses propres règles influencées par les mouvements hippie et squatteur, le collectivisme et l’anarchie. Ainsi, sans être original, Christiania interdit le vol, la violence, le port d’armes et de couteaux… mais aussi le port de vêtements de bikers. La vente de cannabis y est tolérée, notamment sur Pusher Street, mais, contrairement aux idées reçues, l’usage des drogues dures n’est pas permis. C’est même l’une des 9 règles de Christiania. Récemment, les résidents ont placé de nombreux panneaux prohibant la prise de photos. J’ai contrevenu à cette règle et une personne s’est approchée de moi pour me demander d’effacer les premières photos que j’avais prises de Pusher Street que je n’ai donc pu photographier. Marcher dans ce quartier est indispensable parce qu’il permet de voir quelque chose que vous ne reverrez sans doute pas de sitôt et dans lequel on se sent en sécurité malgré ce que pourraient penser certains, dans un mode de vie très différent de notre société consumériste. C’est aussi pour cela que je propose Christiania comme dernière visite de la capitale danoise, pour que notre mémoire garde comme dernier souvenir ce quartier si étonnant mais au fond si sympathique.

christiania-copenhagen

christiania-copenhagen

christiania-copenhagen

christiania-copenhagen

Bien-sûr, j’aurais pu ajouter bien d’autres musées, comme celui du design proche d’Amalienborg. Mais je ne souhaite pas écrire sur des lieux que je ne connais pas.

J’aimerais Copenhague si:

– je connais ou j’aime la Scandinavie, son architecture et son design,

– j’aime les lieux calmes, à l’ambiance typiquement froide des pays du Nord,

– j’aime les villes où je me sens en sécurité,>

– j’aime faire du vélo,

– j’aime cette ambiance où, au moindre rayon de soleil, les hommes sont en marcel et les femmes en mini-shorts,

– j’aime les blond(e)s,

– j’aime la neige et je n’ai pas peur de l’hiver si je souhaite m’y rendre à cette saison,

– j’apprécie les étés à températures modérées si je souhaite m’y rendre à cette saison,

– je ne place pas les particularités culinaires locales au premier plan,

– je n’ai pas peur de revenir le porte-monnaie troué parce que j’ai voulu prendre une Carlsberg, un pavé de saumon et un café à Nyhavn en terrasse et que j’en ai eu pour 34 €,

– je veux vraiment voir Christiania pour des raisons qui me sont propres.

Je n’aimerais pas Copenhague si :

– je préfère l’ambiance latine et fêtarde des pays d’Europe du Sud,

– je suis allé à Stockholm ou Oslo et je n’ai pas aimé,

– je préfère les villes plus bordélique comme Naples,

– je n’aime pas ces villes où il y a plus de vélos que de voitures (et c’est vrai !),

– je suis en dépression lorsqu’il fait – 5° et nuit à 16h25 si je souhaite m’y rendre l’hiver,

– j’ai besoin de ressentir les 35 ° si je souhaite m’y rendre l’été,

– je n’aime pas les blond(e)s,

– j’accorde une importante particulière à la restauration parce que, disons-le clairement, Copenhague n’est pas réputée pour sa cuisine,

– je refuse de dépenser autant d’argent pour manger et boire, même de l’eau,

– je n’aime pas les styles de vie super healthy,

– je ne comprends pas que l’on puisse tolérer un quartier d’hippies fumeurs de shit comme Christiania.

 

Mon avis sur Copenhague

Ayant vécu un an en Suède, mon opinion sera difficilement objective. J’ai adoré mon année en Suède, bien-sûr pour l’expérience Erasmus, mais aussi parce que c’était pour moi le lieu idéal. D’une manière générale, j’aime ces endroits calmes, sécurisants, bien organisés et sans trop de voitures. Et cela ne remet nullement en cause que j’apprécie aussi les lieux totalement opposés de temps en temps. Cela s’appelle l’effet de contraste.

Je pense que la météo est l’une des clés de la capitale danoise. Je suis une personne qui aime le soleil et les fortes chaleurs (ne cherchez pas à comprendre pourquoi j’adore la Suède), et j’ai beaucoup aimé avoir une si belle météo pour un mois d’avril, où j’ai pu m’allonger sur l’herbe devant le Rosenborg en tee-shirt, où j’ai pu voir les jeunes et moins jeunes Danois arpenter le Nyhavn comme en plein été.

J’ai trouvé que cette ville était plutôt classique, ni merveilleuse comme Prague, ni sans âme comme Helsinki. Avec mon ami, notre vitesse de marche était assez rapide et nous n’avons visité que deux musées, le National et Rosenborg. J’ai pu constater que la ville se visite assez rapidement.

Bien entendu, le coût de la vie est objectivement surprenant mais j’ai été habitué à la Suède et je n’étais pas choqué outre-mesure. Néanmoins, un Français n’ayant jamais mis les pieds en Scandinavie ou en Suisse restera sans voix !

Je conseille cette ville pour ceux qui veulent se détendre et se reposer. Clairement, ce n’est pas une ville où l’on fait la grosse fiesta, sauf si l’on connaît certaines personnes ou lieux particuliers. Je ne la conseille pas plus de 3 jours, sauf si vous voulez faire une excursion à Malmö ou Lund en Suède ou si vous souhaitez visiter plus en profondeur le Danemark.

Faut-il emporter un guide ? Cela dépend des gens, certains trouvent que c’est indispensable, d’autres non. Je conseille plutôt le Lonely Planet et d’éviter le Petit Futé (avec la petite sirène en couverture…), comme pour toutes les destinations d’ailleurs.

2 Responses

  1. Holà,
    Et bien, complet et précis, difficile de ne pas penser à Copenhague pour une prochaine destination. J’habite à Strasbourg, donc niveau température ça va je suis rodée ! 😀
    Blague à part, Copenhague est une ville que j’ai en tête depuis une paire d’années mais je n’ai jamais pris le temps de la découvrir, ton article tombe à point, je l’ai enregistré dans mes favoris … Je t’en ferai un retour dès que j’y aurai mis les pieds héhé !
    Noemi

    • Bonjour Noemi et merci pour ton commentaire ! 🙂 Tu ne seras pas deçue de Copenhague si tu as envie d’y aller depuis longtemps et je serai ravi que tu m’en fasses un retour !
      Sympa votre blog par ailleurs !

Laisser un commentaire