A la découverte de Chenini, Tataouine et des autres merveilles du désert sud-tunisien

Classé dans : Maghreb, Tunisie | 2

Ah, le désert ! Comme je l’ai indiqué dans le précédent récit tunisien, Djerba est un point de départ idéal vers le Sahara. Un séjour prolongé sur place permet aisément de visiter des contrées uniques et exceptionnelles à 2 heures de route à peine. Les lieux sont nombreux et authentiques. Trop souvent résumé à Tataouine, le désert sud-tunisien est bien plus riche.

Pour ma part, je n’ai pas pu tout voir. Il a donc fallu faire des choix qui peuvent être plus ou moins imposés.

Bien entendu, je ne parlerai pas du désert tunisien dans son ensemble ! Je n’ai pas été autour de Tozeur par exemple. J’espère y consacrer un prochain article dans les mois qui viennent !

 

Comment se rendre dans le désert ?

Si vous envisagiez de vous rendre dans le désert en transports en commun, oubliez cette idée car cela n’existe pas. Seules deux options s’offrent à vous : louer un véhicule ou passer par une agence. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Si vous louez votre véhicule, l’avantage principal est la liberté de partir quand on veut, d’aller où on veut et de revenir quand on veut. Vous pouvez organiser votre parcours à votre guise. La navigation est très aisée car il n’y a que 2 ou 3 routes. Il n’y a donc aucune raison d’avoir peur de se perdre si vous n’avez pas de GPS.

En outre, plus vous êtes nombreux, plus le prix sera avantageux en cas de location d’un véhicule. Vous connaissez déjà l’astuce : le prix de la location et de l’essence est le même quelque soit le nombre de personnes. Les locations débutent à 15/20 € par jour, essence non inclus. Vérifiez que le kilométrage est illimité.

L’inconvénient serait de ne pas être accompagné d’un guide et d’être seul au milieu du désert en cas de soucis. Un problème vite oublié car tout le monde parle français et est prêt à vous aider. Et pourquoi y aurait-il un problème ? Soyons positif !

Si vous passez par une agence, on prend les choses à l’envers : l’avantage serait d’être accompagné d’un guide qui vous donnera des informations utiles sur les lieux visités. Vous pouvez partir en groupe ou avec un guide personnel qui pourra ainsi organiser un parcours selon vos souhaits. Vous serez toujours accompagné en cas de problème. Passer par une agence est aussi plus simple pour ceux qui ne souhaitent pas organiser leur parcours.

Les inconvénients seraient le manque de liberté dans les excursions en groupe car il est difficile de déroger au parcours prévu. Bien entendu, le prix est plus élevé, surtout si vous partez avec un guide personnel. Selon les agences, attendez-vous à débourser au minimum 50 € par personne en groupe et jusqu’à 100 € par personne avec un guide personnel

Nous avons choisi la deuxième option en partant en groupe, notamment car nous n’avions pas pris la peine de se renseigner pour louer une voiture… Si nous avons beaucoup apprécié notre guide, et ces découvertes avec lui et notre petit groupe d’Allemands, nous regrettons de ne pas avoir loué un véhicule. Je vous recommande donc plutôt la première option, notamment parce que vous avez la liberté de choisir votre parcours. C’est aussi beaucoup moins cher.

Sachez que certaines agences vous proposeront d’aller jusqu’à Douz voire Tozeur. Sincèrement, à moins que vous restiez 3 semaines sur place, cela me paraît vraiment loin et je conseille plutôt de revenir en Tunisie et de séjourner directement à Tozeur. Cela permettrait de découvrir tranquillement la richesse des oasis autour de cette ville.

 

Que voir dans le désert ?

Le Sahara sud-tunisien regorge de richesses insoupçonnées que vous n’allez jamais oublier. C’est la deuxième fois que j’allais dans un désert (première fois en 2011, Death Valley en Californie) et j’en ai encore plein les yeux. Vous y verrez des paysages époustouflants, des maisons construites dans la roche, des villages abandonnés ou restaurés, et même des lieux de tournage de Star Wars !

Avant de vous présenter les lieux que j’ai visités, voici ceux où je n’ai pas été :

– Médinine et Matmata sont connues pour les ksour et ghorfas aux alentours (je reviendrai sur ces termes plus tard). Matmata a été un lieu de tournage de Star Wars,

– Ksar Ouled Soltane, Ksar Ouled Debbab et Ksar Ghilane sont des ksour autour de Tataouine. Selon moi, chaque ksar est unique et mérite une visite. Je sais que Ksar Ouled Debbab accueille des maquettes de dinosaures car des squelettes ont été découverts à proximité. Ksar Ouled Soltane et Ksar Ghilane sont magnifiques avec leurs ghorfas restaurées,

– Douiret est un village de montagne ayant de fortes similitudes avec Chenini.

Avec ces 5 lieux et ceux que je vais présenter, vous avez probablement tous les indispensables du désert sud-tunisien.

La chaussée romaine

A moins de prendre le bac de l’autre côté de Djerba, vous entrerez sur le continent par la chaussée romaine. Cette route de 7 km de long et 10 mètres de large existe depuis l’époque romaine. Certaines sources évoquent même la période punique. Au cours de l’Histoire, le pont a été partiellement détruit puis submergé par la mer. Il a été reconstruit lors de la Seconde Guerre mondiale.

Cette route est marquée par la présence d’une énorme canalisation. Située sur votre droite lorsque vous quittez Djerba, elle permet l’acheminement de l’île en eau douce.

Le lac salé de Zarzis

Zarzis est la première ville du continent après la chaussée romaine. Si elle est connue pour sa station balnéaire qui présente en elle-même peu d’intérêt, son lac salé situé à proximité est tout le contraire. Appelé Sebkhet el-Mela par les locaux, il est le deuxième plus grand lac salé de Tunisie après le Chott-el-Jérid qui est situé près de Tozeur.

Il doit son nom à la fleur de sel que l’on distingue facilement sur les photos. A quoi est destinée cette ressource ? Nous ne sommes pas à Guérande et ce sel ne deviendra pas du sel de table. Il est exporté vers l’Europe pour soigner les maux des routes hivernales, le verglas et la neige ! C’est moins sexy mais plus efficace !

Un petit arrêt de 10 minutes aux abords du lac salé est aisé car la route principale passe en plein milieu. Ses paysages désertiques et son étendue d’eau sont impressionnants. En voici un aperçu vidéo.

Pour faire de belles photos, je recommande plutôt d’y aller avec la lumière du matin.

lac-sale-salty-lake-zarzis

lac-sale-salty-lake-zarzis

Les petites dunes de sable entre Zarzis et Tataouine

J’aimerais vous donner le lieu exact où nous nous sommes arrêtés. Mais je n’en ai pas la moindre idée… Après une petite recherche sur Google Maps, il semblerait néanmoins que cela soit proche de Fessi.

De Zarzis à Tatatouine, le Sahara sud-tunisien est d’abord un désert de sable (erg) puis un désert rocheux (reg). Les dunes sont situées dans l’erg et nous offrent des paysages absolument fantastiques. Lorsque le désert est pour vous une découverte, l’image est toujours captivante. Je garde les souvenirs de ce sable de couleur ocre et de ces petits scarabées du désert filant à toute vitesse.

Un 4X4 est indispensable pour vous arrêter au plus proche des dunes. Comment faire si vous n’êtes pas en 4X4 ? Rassurez-vous, les dunes sont proches. Roulez simplement une dizaine de mètres après avoir quitté la route et arrêtez-vous dans un lieu sûr. Marchez au maximum 5 minutes pour être dans les petites dunes.

Restez entre 30 minutes et 1 heure, ces paysages valent le coup ! Soyez informés que plus vous vous approchez de l’été, plus il fait chaud et plus vous avez une petite chance de faire la rencontre de sympathiques scorpions ou serpents ! Les fennecs sont des animaux nocturnes et, normalement, vous ne les croiserez pas. Nous y étions mi-mars et nous n’avons vu que les scarabées.

dune-desert-tunisia

dune-desert-tunisia

dune-desert-tunisia

Tataouine

Ah, Tataouine ! Ce nom est connu de tous mais peu savent à quoi ressemble réellement cette ville. Internet est trompeur : tapez Tataouine dans votre moteur de recherche préféré et vous verrez des photos des ksour autour ou de Chenini. Tataouine est en fait une ville classique dont le principal intérêt est d’être placée au milieu de ces fameux ksour et de Chenini.

Lorsque vous arrivez de Zarzis, après avoir quitté les dunes, vous entrez dans le reg, le désert rocheux. La ville se découvre tardivement car elle est encerclée de montagnes. A votre arrivée, un rond-point délimite la ville nouvelle sur la droite et la vieille ville sur la gauche. Sans l’ombre d’un doute, peu importe votre orientation politique, partez à gauche ! Vous arrivez alors rapidement sur la place centrale de Tataouine.

tataouine-main-square

Lors de l’époque coloniale, Tataouine était connue pour son bagne militaire où étaient envoyés les soldats indisciplinés. La ville est aussi à l’origine de l’expression « aller à Tataouine-les-Bains » qui signifie se perdre au bout du monde. Et c’est un peu le cas : Tataouine semble perdue au milieu du désert !

La ville a une résonance mondiale grâce à Star Wars. Le nom de la planète Tatooine, d’où est originaire Anakin Skywalker, a été inspiré de Tataouine. Mais gare à une fausse affirmation trop largement répandue : aucun tournage n’a eu lieu à Tataouine même !

Outre son placement stratégique pour les visites, l’intérêt principal de Tataouine repose sur son marché et son souk. Ces derniers sont le poumon de la cité et sont probablement les plus traditionnels et les plus pittoresques de toute la Tunisie. J’étais sur place un mardi, jour de marché, et cette ballade différait fortement de ce que j’avais pu voir à Houmt Souk. On se sent clairement immergé avec les locaux, comme vous le voyez dans la vidéo que j’ai tournée sur place. En marchant un peu dans la rue principale du marché, on peut même apercevoir le Hollywood Sign tunisien entre deux blocs d’habitations !

tataouine-sign

Le souk est probablement encore plus folklorique et on y trouve absolument de tout ! Malheureusement, je n’étais pas sur place un lundi ou un jeudi, jours où les rues de la ville se transforme en braderie géante. Côté gastronomique, Tataouine est connue par ses cornes de gazelle, une pâtesserie à base de fleur d’oranger et de fruits oléagineux (amandes, noix, noisettes). Ne quittez pas Tataouine sans en avoir goûté une, vous seriez proche du blasphème !

Comme visite, un arrêt de 2 heures suffit car la ville est assez petite côté gauche. Cela permet de découvrir une ville tunisienne traditionnelle et située en plein désert. Si vous le souhaitez, vous pouvez même loger à Tataouine.

Chenini

A première vue, quand on arrive à Chenini depuis Tataouine, on découvre un village banal du désert tunisien. On se demande alors pourquoi on en parle autant… C’est là que l’on apprend qu’il ne s’agit que du village moderne et que l’ancien est situé plus haut dans les montagnes.

Quelques minutes plus tard, à travers une route bien pentue, on arrive à côté de l’unique restaurant-café de l’ancien Chenini. Ce lieu est la première image du village et offre une vue imprenable et presque irréelle sur les flancs de la montagne. On n’a alors d’yeux que pour ces habitations troglodytes et cette mosquée blanche. Cette dernière parfait par sa couleur et contraste merveilleusement avec ce qu’il y a autour. Je suis resté quelques minutes à admirer ce que mes yeux pouvaient m’offrir !

Les habitations troglodytes sont construites à l’intérieur même de la roche et en ressortent avec une couleur identique. A l’œil nu, lorsque l’on est un peu loin, il est presque impossible de différencier la roche des habitations. La chambre est la pièce la plus profonde de la maison car elle permet de conserver la fraîcheur durant l’été et une certaine chaleur durant l’hiver. Datant pour certaines du XIIème siècle, ces habitations sont pour la plupart aujourd’hui inhabitées.

La montée vers la mosquée est courte mais difficile, car la pente est rude, mais on est obnubilé par la vue. Et on oublie la fatigue tout de suite. En arrivant en haut, je rigole de cette étonnante buvette avec son accès wifi ! Je trouve que la vue est encore plus impressionnante du haut. De l’autre côté, vous voyez les montagnes du désert s’étendre au loin. Du côté Chenini, vous avez une vue imprenable sur tout l’ancien village. C’est d’ailleurs à cet endroit que j’ai tournée la vidéo.

chenini

chenini

Peut-on visiter la mosquée ? Notre guide ne nous l’a pas proposé… Je pense qu’il est possible de rentrer et il suffit de demander pour en être sûr !

chenini-mosque

Mon regret ? Le désavantage de partir avec une agence : notre temps était limité ! Nous sommes restés 1h40 à Chenini dont 1 heure au restaurant qui était prévu dans le programme. C’est trop court. Il faut vraiment profiter à fond de cette présence ici. Admirez, discutez avec les locaux. Ces paysages sont extraordinaires et on ne l’oublie pas de sitôt.

chenini

Pour introduire les deux dernières visites de ce récit, il me semble important de préciser que Chenini est un village berbère et un ksar. Cette région est de culture berbère et les villages sont pour la majorité berbérophones.

Ksar el Ferch

Ksar est un terme arabe signifiant « château », ksour étant son pluriel. Au Maghreb, un ksar est un village fortifié. Chenini est un ksar constitué d’habitations troglodytes. D’autres ksour sont constitués de ghorfas.

Une ghorfa est en quelque sorte un grenier alimentaire où étaient emmagasinés des denrées telles que des céréales, des olives et du fromage. Ksar El Ferch est un ksar composé de ghorfas.

Pour tout vous dire, il y a très peu d’informations sur ce ksar donc je vais m’en tenir aux dires de notre guide ! Ksar El Ferch est un ksar du XIVème siècle et abandonné depuis la fin des années 1800. Il fut occupé pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est l’un des seuls ksour non rénovés et c’est un plus. En effet, il permet de voir des ghorfas authentiques et des ruines étonnantes et remarquables. J’ai pu même rentrer à l’intérieur d’une de ces ghorfas ! Bon, ce n’est pas très compliqué, vous le constaterez en y allant sur place ou dans ma vidéo ! 🙂

Une petite demi-heure suffit.

ksar-el-ferch

ksar-el-ferch

ksar-el-ferch

Ksar Hadada

Sur la route entre Ksar El Ferch et Ksar Hadada, vous passerez par la petite ville de Ghomrassen. Si vous avez le temps, faites-y un petit arrêt car c’est le plus grand village berbère de la région.

Contrairement à Ksar El Ferch, Ksar Hadada (ou Haddada selon la translitération) a été rénové en partie. Et pour cause… Georges Lucas et son équipe ont installé en 1996 et 1997 leurs équipements pour tourner une partie de l’Épisode I de Star Wars, La Menace Fantôme ! Plus précisément, il s’agit de Mos Espa, quartier des esclaves à Tatooine. Le ksar est bien visible dans le film lorsque la mère d’Anakin Skywalker discute avec Qui-Gon Jinn. On sent le fan parler…

ksar-hadada-haddada-star-wars-mos-espa

Aujourd’hui, Ksar Hadada est divisé en deux : à gauche, la partie restaurée, lieu du tournage du film, enrichie d’ornements, photogénique, pavée et anciennement un hôtel. Les chambres sont copiées sur l’intérieur des maisons troglodytes. Vous en verrez l’intérieur dans ma vidéo.

ksar-hadada-haddada-star-wars-mos-espa

ksar-hadada-haddada-star-wars-mos-espa

A droite, une partie non restaurée et authentique, plus enclavée que Ksar El Ferch en raison de l’étroitesse de la chaussée.

Ce ksar est celui qui offre l’effet de contraste le plus net en raison de cette division entre les 2 parties.

Mon avis sur le désert sud-tunisien

Je l’ai déjà bien évoqué et, bien entendu, je recommande fortement de vous rendre dans le désert sud-tunisien !

1 à 2 nuits sur place me semblent nécessaires afin de pouvoir découvrir tous les sites. Dormir dans le désert ? Rassurez-vous, il y en a pour tous les goûts ! A la belle étoile dans une tante traditionnelle ou dans un hôtel. Les plus aventureux choisiront la tante, ceux qui recherchent le confort et/ou n’aiment pas dormir dehors choisiront l’hôtel.

Les paysages et les découvertes sont remarquables et faciles d’accès. Le passage de l’erg au reg est aussi impressionnant qu’inattendu. Vous pouvez ainsi voir 2 des 3 grands types de désert en une seule et même journée.

Enfin, n’ayez pas peur pour votre sécurité ! Ce sera en partie l’objet de mon prochain article !

Pour aller plus loin :

Il existe étrangement peu de littérature sur le sud-tunisien, mis à part des guides touristiques que je n’ai pas voulu mettre ici pour combler.

2 Responses

  1. Ah le désert tunisien ! J’en rêve depuis longtemps ! Tataouine, Star Wars, les oasis, ces couleurs… je me suis régalée en te lisant ! De mon côté, j’ai vu une partie du désert marocain (t’as ça sur mon blog si tu veux) : d’abord Tan Tan au printemps dernier, puis Ouarzazate et Ait Ben Haddou à Noël dernier. J’ai absolument adoré. Paysages magiques ! Comme toi, j’adore les déserts : Death Valley bien sûr, et j’ai eu aussi une super expérience désertique aux Emirats Arabes Unis !

    • Merci Ariane pour ton message auquel je réponds bien trop tardivement ! J’avais lu puis j’ai oublié de répondre…
      Je serai au Maroc en juillet mais je risque d’être limite pour aller dans le désert. En attendant, je dois aller lire ton article ! Je pense que les paysages diffèrent quand même sensiblement du désert tunisien qui est assez particulier. Surtout, c’est un désert assez frais hors du « grand été » (mai-septembre/octobre) contrairement aux autres il me semble !
      C’est très abordable en ce moment en plus, aucune raison que tu ne franchisses pas le pas 🙂
      A bientôt
      Benjamin

Laisser un commentaire